Projet « Les Coteaux du Var » Saint-Jeannet : la dernière version officielle.

vendredi 1er septembre 2017
par  Jean-Marie Thorel

PDF - 959.7 ko
Cliquez pour télécharger l’article
Le compte-rendu

 
Vous trouverez ci-contre (PDF) le compte-rendu de la 3ème et dernière réunion de concertation.
 
 
Le projet dévoilé le 19 juin :
JPEG

Figure 1

 
La proposition présentée s’appuie sur une double desserte en voiture de l’espace. Les deux accès sont liés à la création de deux parkings intégrés, situés en périphérie du site et proches des voies d’accès (voir ci-dessus, ellipses rouges). Ils offriront 1,5 place de stationnement par logement.

- Pour la zone UC, à droite, le parking est enterré sous les immeubles en partie haute du terrain et accessible par le Chemin de Provence, comme pour une sortie de garage (sic).
Remarque : sortie empruntée par plus de 220 voitures !!.

- Pour la partie en zone NA, à gauche, le parking, partiellement enterré, se situe dans la partie basse du terrain. Il est accessible par la piste existante qui sera aménagée.

- Le projet est déjà soumis à l’avis de l’autorité environnementale. Une étude d’impact sera très prochainement mise à la disposition du public.

Le projet présenté le 21 mars :

Figure 2

 

Constat :

- L’oliveraie et le chemin situés à gauche comme indiqué sur la figure 2 ont disparu !!

- Ajout d’une barre supplémentaire de logements en zone UC (à droite figures 1 et 2). Il convient de noter que ce point n’a pas été abordé lors de la réunion ;

- Deux propriétés le long du Chemin de Provence, en haut de la zone UC, sont portées disparues (à droite figures 1 et 2) !!

- L’entretien des parties communes, notamment les funiculaires ou ascenseurs et parkings, ne manquera pas de peser lourdement sur le montant des charges ;

- Aucune place de parking réservée aux visiteurs !!

- Un projet trop dense, trop béton.
Contrairement à ce que tentent de faire croire les auteurs du compte-rendu, le projet présenté est un ersatz d’éco-quartier.
Pour être supportable, la densité bâtie doit respecter avant tout le site existant et l’environnement, intégrer des espaces de respiration et un équilibre entre les usages.

- Qui peut croire un seul instant que les 220 voitures, au moins, vont pouvoir s’engager, aux heures de pointe, en toute sécurité sur cette partie du chemin de Provence dont le caractère accidentogène est avéré ?
Aucun aménagement n’est prévu : élargissement de la voie ; rond point ; trottoirs ; etc.

A vous de juger



Commentaires